Friday, January 9th, 2009...10:48 am

andré marceau | les bébittes veulent toutes & un agent de sécurité

Jump to Comments

Two Sequences of Haiku for a Season :

Les bébittes veulent toutes and Un agent de sécurité

by André Marceau

Les bébittes veulent toutes

L’automne arrive,
les bébittes veulent toutes entrer
dans la maison.

La rentrée d’automne,
je laisse la télé éteinte.
Intériorité.

Fenêtre du salon :
le chien regarde son maître
partir à la chasse.

Était-ce un héron
ou une grue ? Il l’a fait fuir
comme une mouette…

Dans le stationnement
deux mouettes se chicanent un vieux
kleenex – vent d’automne !

Un poteau de téléphone
sépare deux amoureux
— surplus d’automne.

Sur le vert cerisier :
ses fruits rouges, une corneille et
la première neige.

The Bébittes want everything

With autumn here now
the bébittes
all want to come
inside the houses.

The autumn returned,
I leave the TV turned off.
Interior space.

Living room window:
the dog regards his master
leaving for the hunt.

Was that a heron
or a crane? It flew away
like a sea-swallow.

In the parking lot
two gulls quibble for an old
kleenex — autumn wind.

A telephone pole
separates these two lovers —
autumn in excess.

On green cherry tree:
its own red fruit, a crow and
the very first snow.

[Note: Bébittes are little bugs.]

Un agent de sécurité

L’arbre qui s’endort
lentement échappe ses feuilles
une à une.

Feuilles rouges au sol et
drapeaux canadiens en berne,
c’est le jour des morts.

Un agent de sécurité
pourchasse un goéland,
c’est l’automne.

« Partir pour le Sud ?
Inutile ! » se disent les mouettes,
près d’un fast food.

Alignés au mur
des fumeurs s’exécutent
en parlant de l’automne.

Matin gris d’automne
au lit, le sexe petit, de
grippe et de fièvre.

Lune d’automne, presque pleine,
presqu’effacée dans la nuit
presque tombée.

A Security agent

The tree falls asleep
and its leaves slip away, each
one slowly, slowly.

Red leaves to the sun,
Canadian flag half-mast.
It’s Day of the Dead.

A security
agent chases a sea gull.
This must be autumn.

“Leave now for the south?
Why?” the seagulls ask themselves
near a fast food place.

Lined up at the wall
smokers execute themselves
speaking of autumn.

Grey autumn morning
in bed, a little sex, the
flu and some fever.

Almost full fall moon
nearly erased in the night,
nearly fallen moon.

Translated by Sylvia Ann Manning, Oct. 14, 2008, Quebec City, Quebec. Much more on Sylvia Ann Manning can be found here…

André Marceau (Quebec)

Il pratique la poésie de façon trandisciplinaire depuis une quinzaine d’années et a fondé à Québec le Tremplin d’actualisation de poésie (TAP) et les Vendredis de poésie (en 1998) qu’il anime toujours. Il a développé l’idée d’une poésie vivante et performée, dont il est le principal défenseur au Québec. En janvier 2007 il a introduit le Slam de poésie dans la région de Québec. Il a présenté au delà d’une centaine de performances dans la province. Il a publié de la poésie visuelle et a participé à plusieurs expositions collectives. Il compte aussi quelques contributions sur des compilations en musique actuelle ou en poésie sonore. Depuis 2001, il anime et réalise une émission de « poésie transmise radiophoniquement ». Il a réalisé deux disques collectifs de poésie vivante ainsi qu’un disque solo « Pop sac-à-vie ». Il a publié en revue (dont Estuaire, Moebius, Cahiers Folie/culture) ainsi que des recueils de poésie ou de haïkus. Il a participé à quelques tables rondes et cours universitaires sur la poésie et la performance. source

Leave a Reply